La Valeur de la vie

Imaginez qu’une personne appelle les éboueurs pour débarrasser des éclats de pare-brise gênants devant la porte de sa maison. Par hasard, un sage passant par là lui dit:
« Je suis expert en diamant et tes éclats de pare-brise…sont des diamants!, il y en a 2712 et le plus petit fait 6 carats… »
Les mitsvoth (Bonnes actions) sont comme ces diamants:elles sont juste devant notre porte, il suffit de sebaisser. Mais bien souvent, nous ne les considérons pas selon leur véritable valeur.

Nous pouvons faire ce que nous voulons de notre vie mais n’oublions pas de faire l’essentiel! A nous de comprendre que la vie est essentielle et qu’avec cette référence en tête nous pourrons tout absorber!
Mettre de l’essentiel c’est ce que l’on appelle communément donner un sens à sa vie. Un sens c’est une intériorité qui va diriger et optimiser chaque instant.
De même que le corps ne peut subsister sans la présence de la Nechama (l’âme) de même de même la vie n’a de valeur que parce qu‘elle a un sens.

Nous nous plaignons de vivre une vie difficile. Quelle est la vraie définition de la difficulté de la vie?

A la lecture des témoignages de la vie dans les camps de la mort, une question se pose: comment quelqu’un peut survivre lorsqu’ on lui enlève sa dignité, son nom, ses vêtements, ses biens, ses proches, on lui rase le crâne, on le fait travailler pour rien, on le meurtrie, on l’insulte, toute la journée…
D’après les témoignages, les rescapés ont survécu grâce à l’un des deux éléments suivants:
-soit par leur foi en Dieu,
-soit par leur foi en la vie ou en l’Homme, ce qui revient au même.
Or, qu’est ce que la foi sinon la perception au vécu de tous les jours que ce qui fait marcher le monde n’est ce que l’on voit mais ce en quoi l’on croit.
Son intériorité, ce que l’on a d’essentiel.
L’homme est divisé en trois parties. Le corps, le Nefech (le psychique, le moi) et la Nechama, l’Âme. Le corps est limité dans le temps et dans l’espace .Il contient la limite, la fatigue, la paresse et la tristesse.
La Nechama (âme) est d’essence Divine, elle est infinie, à l’origine de la vie, de la volonté et de la joie.
Le Nefech (psychique) se situe entre les deux, libre à moi de le faire tendre vers le corps et la limite ou vers la Nechama (l’âme) et l’infini. Le fait de la foi est d’orienté son être vers l’essentiel, vers la vie donc vers Hachem qui est source de toute vie. C’est cela le sens de la vie
Malheureusement , au travers des témoignages de cette horrible période de la Choah on a pu voir comment des créatures qui avait dépasser toutes les limites de la survie humaine ne sont rester vivant que portées par leur âme. Puisqu’elles étaient mortes physiquement, seules leurs âmes les a maintenues en vie.
Cela signifie que l’homme résiste grâce à la néchama (l’âme), même sans la peau, la chaire et les os! Cependant, si un homme croit que sa vie est sa peau, sa chaire ou ses os, ses vêtements ou son magasin, la disparition d’un de ces éléments le fait disparaître…

Le Talmud dit que le kavod (respect ou dignité) de la personne ce sont ses vêtements (Chabbath 113 b)…

Dans les camps de la mort, les tsadikims (les hommes saints) avaient plus de dignité en étant nu, que les SS habillés. En effet, le SS n’existe qu’au travers de son vêtement et un chien en uniforme reste un chien, alors qu’un homme nu reste un homme.

Quand les SS se préparaient à exterminer une communauté entière de Hassidim . Ces Hassidim dansaient car ils avaient atteint un niveau d’abnégation dans l’acceptation de la Volonté Divine qui les éloignait de l’horrible réalité qui les entourait. Un commandant SS témoigne dans son carnet de route: « ces hommes ne sont pas des hommes, ce sont des anges… »

Si un homme est son corps, il meurt avec son corps. Mais lorsqu’un homme par le travail d’acquisition de la spiritualité s’assimile sa néchama (son âme), c’est à dire à la source de vie, il devient un pilier de titane qui traverse la réalité sans la subir.
La difficulté est de se soustraire au conditionnement extérieur qui cherche à nous imposé un modèle de vie basé sur la nourriture, les marques de vêtements, les placements au Nasdaq Or, ce modèle est vide!
C’est cela qui nous rend faibles et vulnérables.
La valeur de la vie (de Rav Benchetrit)

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Plus d'articles

Recevez la lettre du bonheur